Le Système de Communication par échange d'images (P.E.C.S)

Le PECS est un outil de communication. Il permet à l’enfant de faire des choix, d’exprimer ses besoins et désirs, de commenter et d’entrer en interaction avec autrui.

Ce système de communication par échange d’images met l’accent sur deux aspects de la communication :

  • l’initiation (le but étant d’obtenir une communication spontanée de la part de l’enfant).
  • l’échange (l’enfant prend conscience qu’il y a une personne proche de lui  et qu’il peut communiquer avec elle).

 

Intérêt de la méthode :

Photo de Joseph
Joseph, 7 ans

Je pense que le PECS a un gros intérêt pour les familles d'enfants jeunes, et / ou d'enfants non-verbaux. C'est un système dit "augmentatif", c'est à dire qu'il permet d'augmenter la quantité et la qualité de la communication. Il ne se substitue pas au langage parlé, peut être utilisé en parallèle, et généralement, lorsque le système est bien utilisé, il génère l'apparition du langage parlé.

Je trouve que c'est une excellente proposition à faire aux familles qui consultent parce que leur enfant ne parle pas, ou présente des troubles du développement qui retardent l'apparition du langage.

Pour l'enfant qui sait utiliser le PECS, les possibilités sont immenses, il peut communiquer avec de plus en plus de monde, de plus en plus de choses. C'est lui qui est à l'initiative, il se sent en contrôle, et c'est très gratifiant : il ne dit pas ce qu'on lui demande de dire, il choisit et exprime ce qu'il veut.

 

Il y a peu d'ambiguité. Pour les enfants autistes, c'est extrêmement important de pouvoir s'appuyer sur des repères visuels, puis éventuellement de "traduire" en langage parlé.

L'utilisation du système PECS s'effectue en 6 étapes :

La phase I :

C'est l'échange physique. L'enfant est capable de prendre en main l'image ou la représentation de l'objet de son choix, de se diriger vers son instructeur (on est dans le cadre de l'apprentissage, mais celui-ci peut bien entendu être un parent ou tout autre personne, frère/soeur, informé du système et entraîné à l'utiliser avec l'enfant autiste) et de déposer l'image dans la main de l'instructeur.

Dans cette étape, une seule image à la fois est présentée sur le classeur. Deux intervenants sont présents : l’un prend le rôle de l’interlocuteur et l’autre guide le geste une fois que l’enfant initie l’échange.

Les objectifs de cette première phase sont multiples :

- comprendre qu’il est possible de communiquer par échange d’images.

- apprendre une association entre un objet/une activité et une image/un pictogramme (ex : je donne le pictogramme pomme, j’obtiens une pomme) 

La phase II :

C'est l'étape menant à la spontanéité. L'objectif de cette étape est que l'enfant se dirige de lui-même vers son tableau ou livret de communication, en retire l'image, se dirige vers l'adulte et lui remette de lui-même la représentation. La distance entre l’enfant, son classeur et l’adulte est alors augmentée progressivement pour renforcer la motivation à initier un échange.

La phase III :

La discrimination. Cette étape amène l'enfant à faire son choix parmi un nombre de plus en plus étendu de possibilités. Il apprend à sélectionner une image parmi de nombreuses autres, il est capable de se diriger vers la personne avec qui il a l'intention d'entrer en communication et de lui remettre l'image. 

Notons qu'il est important de changer régulièrement la position des pictogrammes sur le classeur pour s’assurer que l’enfant discrimine bien les différents pictogrammes.


photo fournie par L. Furic

 


photo fournie par L. Furic

La phase IV :

Apprentissage de la structure d'une phrase.L'objectif de cette étape est que l'enfant soit capable de demander des objets (présents et absents de son champ de vision) par l'utilisation du symbole "Je veux" qu'il place sur un velcro pour construire une phrase avec l'objet qu'il désire. Des indices visuels tels que des codes couleurs peuvent être attribués aux pictogrammes selon leur  fonction (ex : le pictogramme correspondant au sujet de la phrase est encadré en vert, le verbe en noir, etc.). L'enfant est capable de retirer ce velcro pour le remettre à celui avec qui il veut entrer en communication. Au niveau de cette étape, le choix de représentations contenues dans le livret ou sur le tableau est étendu à environ 50 images, et l'enfant est capable de communiquer avec un nombre assez varié d'interlocuteurs.

 

La phase V :

Répondre à : "Qu'est-ce que tu veux ?"Phase correspondant à la demande autonome par l'enfant, et à la capacité à répondre à la question "Qu'est-ce que tu veux ?"

La phase VI :

Communication spontanée et en réponse à des questions.
L'enfant est capable de répondre correctement à des questions type : "Que veux tu ?" "Que vois-tu ?" "Qu'as tu dans la main", ou à des questions similaires quand ces questions sont posées au hasard (et non dans le cadre d'un exercice).

Ces six phases sont décrites dans le manuel de formation au système PECS. C'est une marque déposée. Ce manuel a été traduit en français par Chantal Brousse, orthophoniste. Le manuel est protégé par un copyright. Les indications que je vous ai fournies ne doivent pas être utilisées à des fins qui iraient à l'encontre de ce copyright.

Je crois qu'en France, Chantal Brousse qui est orthophoniste, dispense des formations à cette méthode. Il faut entrer en contact avec elle pour en savoir plus sur les formations. Renseignements à Pyramid :

tel. 01 43 59 06 88
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
EDI Formations

Toutefois, je pense personnellement que les formations devraient concerner les PROFESSIONNELS et non les parents. En tant que parent, nous devons être instruits par les professionnels sur comment procéder à la maison et avec le livret de communication. C'est très facile à utiliser. Les procédures d'apprentissage doivent être implémentées par les enseignants qui travaillent avec nos enfants, et nous, nous veillons à ce que l'enfant dispose des images qu'il connaît, ou de celles dont il a besoin, de son tableau ou de son livret, et surtout nous renforçons constamment ses succès (il serait terrible qu'à la maison, l'enfant choisisse un gateau qu'il demande, et ne l'obtienne pas).

Laurence Furic

(article actualisé par E.Thommen en 2013)

Sites internet (en anglais) :

http://www.pecs.com/

http://www.pecs.org.uk/

Autisme France

EDI formations

Vos impressions et suggestions sur le site autisme.ch

Email:
Sujet:
Message: